haut de la page
  • Image de l'écrivainSurvivre au cancer du sein

Pas de coïncidence

Par Donna Valentine, PA-C

Je n'ai jamais eu de cancer du sein, bien qu'il ait joué un rôle dans ma vie quotidienne pendant plus de vingt ans. Et je ne voudrais pas qu'il en soit autrement.


Mon parcours professionnel en tant qu'assistante médicale m'a été présenté au printemps 1999, lorsque j'ai eu la chance d'effectuer un stage clinique en chirurgie mammaire au MD Anderson Cancer Center de Houston.


Dès l'instant où je suis entrée dans la salle d'opération avec l'un des meilleurs chirurgiens du sein du pays, j'ai su que j'avais trouvé ma passion en m'occupant des patientes atteintes d'un cancer du sein. que j'avais trouvé ma passion en m'occupant des patientes atteintes d'un cancer du sein. J'aimais assister les chirurgiens, mais j'aimais j'aimais aider les patientes atteintes d'un cancer du sein à traverser une période difficile et angoissante. Je sais écouter intuitivement et j'ai un comportement plutôt calme, et je savais que je pouvais faire la différence en les aidant à guérir physiquement et émotionnellement. Je suis retournée à l'école en Californie et j'ai déclaré mon objectif de me spécialiser en tant qu'assistante médicale dans le domaine du cancer du sein ! Mes camarades de classe et mes professeurs insistaient sur le fait que je ne trouverais jamais de travail dans ce domaine parce qu'il était trop spécialisé.


Ils avaient tort. Après avoir obtenu mon diplôme, j'ai passé cinq bonnes années à travailler avec une équipe dynamique et avant-gardiste de chirurgiens du seinJ'ai passé cinq années à travailler avec une équipe dynamique et avant-gardiste de chirurgiens du sein, à aider à la chirurgie et aux soins postopératoires, à éduquer les patientes sur leur diagnostic et leurs options. Ce faisant, nous avons sauvé des centaines de vies et touché des milliers d'autres personnes par l'intermédiaire de leurs proches, parce qu'une personne ne traverse jamais cette épreuve seule. Le cancer est un crabe qui s'étend dans toutes les directions de la vie d'une personne, touchant tous ceux qui lui sont proches.


Vers la fin de mon mandat en chirurgie (j'avais décidé de me réorienter vers l'oncologie médicale), j'ai reçu un appel de ma sœur aînée Diane. Elle avait eu des changements au niveau des seins et les radiologues voulaient faire une biopsie. "Ils pensent que c'est un cancer", m'a-t-elle dit. Et malheureusement, c'était le cas. Mon rôle d'assistante médicale auprès de mes patients allait désormais inclure le rôle de soignant de ma sœur à la suite de ce seul appel téléphonique.


Je ne crois pas aux coïncidences, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Je n'ai donc pas réfléchi à deux fois lorsque, pendant mon stage au MD Anderson, je suis tombée sur le livre de Nancy Brinker, fondatrice de Susan G. Komen. The Race Is Run One Step at a Time (La course se fait un pas à la fois). Il traite de l'héritage qu'elle a bâti en l'honneur de sa sœur Suzy, décédée d'un cancer du sein. Cette histoire m'a interpellée et, à l'époque, je ne savais pas exactement pourquoi, mais c'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai commencé à m'intéresser de près au travail avec les patientes atteintes d'un cancer du sein. J'ai découvert plus tard que l'histoire de son expérience avec sa sœur était similaire à celle de Diane et à la mienne. Ce n'est pas une coïncidence.


Pendant que Diane suivait la partie chirurgicale de son traitement, je travaillais toujours en chirurgie. Lorsqu'elle a commencé sa chimiothérapie, j'avais déjà commencé à travailler avec un oncologue. Rétrospectivement, son traitement a correspondu à ma transition professionnelle d'une manière qui semblait "planifiée". Je me rendais en Californie du Nord pour l'accompagner à ses rendez-vous et l'aider à gérer son traitement et son suivi avec ses médecins.


J'ai dû composer entre le soin de mes patients et la présence de ma sœur, surtout parce qu'avant de commencer la chimiothérapie, les scanners du corps de Diane avaient montré que le cancer avait métastases dans ses os. Cancer du sein de stade 4. En 2004, le pronostic n'était pas bon. Lui donner de l'espoir chaque jour était accompagné d'un lourd fardeau, celui de savoir quel serait le résultat final. Mon cœur se brisait, mais je n'allais pas le montrer. Je ne pouvais pas le montrer. J'avais besoin qu'elle et ma famille soient fortes.


Il y a eu de bons et de mauvais moments pendant son traitement, et puis il y a eu de très, très mauvais moments. Et comme Suzy, la sœur de Nancy Brinker, Diane est décédée après une bataille de trois ans contre le cancer du sein. J'étais là pour elle tous les jours et je lui ai tenu la main lorsqu'elle a quitté ce monde. J'ai vu et ressenti son combat. Je ressens encore mon propre combat après 17 ans, et elle me manque tous les jours.


Je me considère comme un co-survivante parce que j'ai découvert une force dans ce combat et, aussi difficile qu'il ait été, cicatrices et tout, je le répéterais encore et encore pour aider ma grande sœur pendant la période la plus difficile et la plus effrayante de sa vie.


Donna (à gauche) et sa sœur Diane (à droite).


Après la mort de Diane, j'ai beaucoup réfléchi. Mais contrairement à Nancy Brinker, je n'ai pas lancé un mouvement mondial pour mettre fin au cancer du sein. Ce que j'ai ce que j'ai fait ce que j'ai fait, c'est continuer à soigner le cancer du sein, une personne à la fois. Pendant sept ans, j'ai continué à travailler en oncologie médicale. Grâce au parcours que j'ai suivi avec ma sœur dans sa lutte contre le cancer du sein, je suis devenue beaucoup plus empathique, je suis une clinicienne beaucoup plus empathique et compatissante. Je m'engage mieux avec mes patients et leurs familles. Je suis équipé pour dire les "bonnes" choses - ce que je suis gêné de dire que je ne faisais pas toujours avant le diagnostic de Diane.


Il arrive qu'un patient se mette à pleurer dans ma salle d'examen. Quelque chose que j'ai fait ou dit lui a permis d'exprimer sa peur et son anxiété. C'est alors que je sais que je fais quelque chose de bien. Il se sent en sécurité. Suffisamment en sécurité pour exprimer ses sentiments, parfois pour la première fois. Et cette libération est si importante pour le processus de guérison. Le début, en fait.


J'ai continué à travailler en oncologie médicale pendant quelques années jusqu'à ce que j'aie l'occasion de m'impliquer dans une autre partie de l'expérience du cancer du sein : la survie. Pendant six ans, je me suis spécialisée dans la prise en charge des survivants du cancer sous l'angle des soins primaires. Je gérais la santé générale de mes patients, leur hypertension, leur diabète, leur taux de cholestérol élevé, leur hypothyroïdie, leur dépression, leur anxiété, etc. Pendant tout ce temps, je tenais compte de leur ancien cancer, de leurs traitements spécifiques et de tout ce que cela impliquait pour eux en tant que survivants sur le plan physique et émotionnel.


C'est à cette époque que j'ai commencé à m'intéresser aux moyens d'aider les personnes souffrant d'anxiété émotionnelle. l'anxiété émotionnelle que ressentent les survivants du cancer. Je pense que c'est l'aspect le plus débilitant du cancer, qui ne disparaît jamais complètement. J'étais tellement fatiguée de rédiger des ordonnances pour des médicaments contre l'anxiété et la dépression. Je détestais que mes patients vivent avec ces pilules et aient besoin d'en prendre de plus en plus pour être soulagés.


J'ai commencé à explorer des méthodes plus complémentaires pour gérer la composante émotionnelle du cancer, et ce que je considérais à l'époque comme une sorte de SSPT (depuis, des articles ont été écrits à ce sujet). J'ai parlé à mes patients des avantages de la thérapie, de la méditation, la pleine conscience et la gratitude travail et mouvement les thérapies par le mouvement comme le tai-chi et le yoga. J'ai également appris et partagé plus de choses sur la la nutritionla génétique fonctionnelle qui rend certaines personnes plus vulnérables à l'anxiété, et l'importance du sommeil sur notre santé émotionnelle et physique. Certains de mes patients ont adhéré à ces idées, d'autres non. Dans notre société, il est difficile d'amener les gens (qu'ils aient ou non survécu à un cancer) à prendre soin d'eux-mêmes. Beaucoup de choses s'y opposent, comme le temps, l'argent, l'énergie, autant d'éléments qui peuvent être difficiles à trouver de nos jours.


Diane (à gauche) et Donna (à droite).


Les gens me demandent souvent si j'ai choisi de travailler sur le cancer du sein en raison du diagnostic de ma sœur. Ma réponse est la suivante : avant même que ma sœur ne soit atteinte d'un cancer du sein, j'ai été guidée dans cette direction. Et je crois que c'était parce que ma sœur et ma famille auraient besoin de moi à ce moment précis. Ce n'est pas une coïncidence. Le reste de mon travail s'est fait pour les autres. Et si je peux être honnête, pour moi. Car je suis récompensée chaque jour en aidant mes patientes et leurs proches à surmonter le cancer du sein.


Je suis maintenant revenue à mes racines en travaillant comme assistante chirurgicale - j'ai donc fait le tour complet de l'expérience clinique d'une patiente atteinte d'un cancer du sein. Les traitements ont considérablement évolué et se sont améliorés au cours des deux dernières décennies. De plus en plus de personnes survivent à cette maladie redoutable, et j'attends avec impatience que quelqu'un me mette sur la paille en trouvant un remède. Mais d'ici là, je serai une soignante dévouée aux survivants du cancer, une personne qui tient la main et qui étreint dans les bons moments et dans la douleur, une éducatrice et une avocate de tout ce qui peut être fait pour lutter contre le cancer. de tout ce qui peut être fait pour vivre une vie plus heureuse, plus saine et meilleure que jamais avant le cancer du sein.


Diane.


Soyez heureux et bien dans votre peau.

Donna Valentine



En savoir plus :


Survivre au cancer du sein.org Ressources et soutien :



458 points de vue

Messages récents

Tout voir

2 Commentaires


pdixon
pdixon
Mar 14, 2023

Chère Donna - J'ai adoré votre histoire et je suis désolée pour votre sœur. Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait et continuez à faire.

Comme

liquidyoga
Mar 14, 2023

J'ai adoré lire chaque minute de votre histoire, Diane. Le soutien que vous avez apporté aux patientes atteintes d'un cancer du sein - en particulier après le traitement - est, à mon avis, ce dont elles ont le plus besoin.

Comme

Les lundis de la méditation :

Chant des chakras avec Gloria

Le lundi à 10h00 (heure française) 

RSVP

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien à toutes les étapes

Le jeudi à 19h00 (heure française)

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein métastatique

Premier et troisième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein inflammatoire

Deuxième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

Mardi soir, les passionnés

Après un diagnostic :

Grupo de Apoyo en Español

2do y Cuarto Martes de cada mes 

19:00 p.m. ET

RSVP

Encourager et responsabiliser

Pour les nouveaux diagnostiqués

10 septembre, 11h00 ET

RSVP

Club de lecture sur le cancer du sein

Le premier dimanche du mois

RSVP

Repérage des cerveaux

27 mai, 18h00 ET

RSVP

Qi Gong

28 mai, 11h30 ET

RSVP

Art-thérapie

3 juin, 18h00 ET

RSVP

Baignade en forêt

4 juin, 18h00 ET

RSVP

Réfléchir et se ressourcer

Écriture expressive

10 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga Fitness avec assistance sur chaise

11 juin, 11h30 ET

RSVP

Yoga Stretching pour le lambeau DIEP

11 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga réparateur :

Découvrir les opportunités

17 juin, 17h30 ET

RSVP

Plus d'événements en espagnol

RSVP

Événements à venir

1

Survivre au cancer du sein offre du soutien, des événements et des webinaires sur le cancer du sein sans frais pour vous ! Que vous souhaitiez approfondir vos connaissances sur un sujet particulier ou rencontrer d'autres survivantes du cancer du sein, nous avons quelque chose pour tout le monde. 

2

Notre rendez-vous permanent du jeudi s'adresse à tous les stades de la maladie. Nous organisons également des groupes de discussion spécifiques une fois par mois pour des stades et sous-types spécifiques tels que le cancer du sein métastatique, le cancer du sein inflammatoire, etc. 

3

Le club de lecture se réunit le premier dimanche de chaque mois à 11 heures (heure d'Europe centrale). Vous pouvez participer chaque mois ou choisir votre mois en fonction de votre disponibilité et du livre que nous lisons. 

4

Grâce à l'art, à l'écriture et à d'autres modalités créatives, nous avons le pouvoir de gérer notre stress, de donner un sens à notre présent et de nous détendre dans des moments de calme. 

5

Cours gratuits, mensuels, en ligne de yoga restaurateur, de yoga pour le cancer du sein et de Zumba. 

bas de page