haut de la page

Options chirurgicales

Questions à poser à votre chirurgien

À quoi dois-je m'attendre lors d'une consultation pour une reconstruction mammaire ?

Lors de votre consultation de reconstruction mammaire, soyez prêt à discuter :

  • Vos objectifs chirurgicaux

  • Conditions médicales, allergies médicamenteuses et traitements médicaux

  • Médicaments, vitamines, suppléments à base de plantes, consommation d'alcool, de tabac et de drogues en cours.

  • Chirurgies antérieures

Votre chirurgien plasticien le fera également :

  • Évaluer votre état de santé général et tout problème de santé ou facteur de risque préexistant.

  • Examinez vos seins et mesurez leur taille et leur forme, la qualité de la peau et l'emplacement des mamelons et des aréoles.

    • Prendre des photos

    • Discuter des options qui s'offrent à vous et recommander un traitement

    • Discuter des résultats probables de la reconstruction mammaire et des risques ou complications potentiels.

N'hésitez pas à poser des questions à votre chirurgien plasticien. Il est très important de comprendre tous les aspects de votre reconstruction mammaire. Pour vous aider, nous avons préparé une liste de questions à poser à votre chirurgien plasticien. questions à poser à votre chirurgien spécialiste de la reconstruction mammaire que vous pourrez emporter lors de votre consultation.

Il est naturel de ressentir une certaine anxiété, qu'il s'agisse de l'excitation liée à votre nouvelle apparence ou d'un peu de stress préopératoire. N'hésitez pas à parler de ces sentiments avec votre chirurgien plasticien.

Quelles sont les options disponibles pour la reconstruction mammaire ?

Si vous avez décidé de subir une reconstruction mammaire, vous devez encore réfléchir à de nombreux aspects pour déterminer avec votre médecin le type de reconstruction qui vous conviendrait le mieux. Il existe de nombreuses techniques de reconstruction. Prenez le temps de vous renseigner sur les options de reconstruction mammaire et envisagez de parler à d'autres personnes qui ont subi cette intervention avant de prendre une décision.

Reconstruction mammaire par implants

La reconstruction mammaire par implant est possible si la mastectomie ou la radiothérapie a laissé suffisamment de tissu sur la paroi thoracique pour recouvrir et soutenir un implant mammaire. Pour les patientes dont la paroi thoracique ne contient pas suffisamment de tissu, ou pour celles qui ne souhaitent pas d'implants, la reconstruction mammaire nécessitera une technique de lambeau (également connue sous le nom de reconstruction autologue). La méthode la plus courante de reconstruction tissulaire utilise la peau et la graisse du bas-ventre pour créer une forme de sein.

Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour la reconstruction mammaire à partir d'implants. Veillez à discuter avec votre chirurgien plasticien de la technique qui vous convient le mieux.

Reconstruction mammaire immédiate au-dessus du muscle pectoral

Cette intervention est pratiquée en combinaison avec la mastectomie et permet d'obtenir immédiatement une augmentation du volume du sein. Après la mastectomie, le chirurgien plasticien place l'implant mammaire, enveloppé dans un filet biologique appelé matrice dermique acellulaire (ADM), pour aider l'implant à conserver une position anatomique correcte, au-dessus du muscle pectoral.

Avec cette intervention, la récupération peut être plus rapide car le muscle de la poitrine n'a pas été soulevé. De plus, l'implant mammaire lui-même n'est pas influencé par la contraction du muscle.

Les complications, bien que rares, peuvent inclure une perte de peau, un saignement excessif, une infection, un mauvais positionnement de l'implant entraînant une asymétrie, un plissement ou une ondulation de l'implant, une éventuelle accumulation de liquide sous l'implant et/ou une cicatrisation défavorable. Cette intervention peut également nécessiter un transfert secondaire de graisse autologue pour éliminer le plissement et l'ondulation du pôle supérieur avec le temps, ce qui se produira au fil des interventions secondaires.

Reconstruction mammaire immédiate sous le muscle pectoral

Cette intervention est également pratiquée en combinaison avec la mastectomie et permet d'obtenir immédiatement un monticule mammaire. L'incision est généralement pratiquée à travers le site de la mastectomie. Une fois la mastectomie terminée, le chirurgien plasticien soulève le muscle grand pectoral. Cela permet au muscle de se rétracter vers le haut et à une poche de se développer sous le muscle et au bas de la position normale du sein.

Reconstruction mammaire retardée à l'aide d'un expanseur tissulaire.

La partie initiale de cette procédure implique que le chirurgien mammaire effectue une mastectomie standard et une éventuelle dissection axillaire. Dans de nombreux cas, un drain sera placé entre le muscle et la peau de la mastectomie.

Une fois ces procédures effectuées, le chirurgien plasticien divise le pôle inférieur du muscle de la paroi thoracique, élève le muscle de la paroi thoracique et le muscle latéral de la poitrine ensemble vers le haut, en direction de la clavicule. Ensuite, le muscle et le tissu situés en dessous sont soulevés ensemble pour former la poche destinée à recevoir l'extenseur mammaire à la base du sein ou dans le pli inframammaire. La poche est suffisamment grande pour permettre la mise en place de l'extenseur et la fermeture du muscle. Il est parfois nécessaire de placer une petite quantité de matrice dermique acellulaire (ADM) pour faciliter la fermeture du muscle.

Il existe deux types d'orifices d'expansion du tissu mammaire.

L'une d'entre elles, semblable à un port de chimiothérapie, est placée séparément de l'expanseur tissulaire, généralement le long de la cage thoracique. Cela nécessite une petite incision séparée pour le port. Le second type est un port qui est contenu dans l'expanseur lui-même. Dans les deux cas, les orifices seront utilisés pour gonfler l'expanseur tissulaire au cours de plusieurs visites avec une solution saline. Une petite aiguille permet d'accéder au port et une solution saline est injectée dans l'expanseur à travers le site du port

L'expansion tissulaire a lieu généralement une fois par semaine en fonction de la tolérance de la patiente. Le volume des expanseurs tissulaires dépasse généralement le poids du tissu de mastectomie. Une fois l'expansion tissulaire finale, ou étirement, terminée, il y a une période d'expansion passive pendant laquelle peu ou pas de volume est ajouté aux expanseurs tissulaires. Cela permet au muscle et à la peau de s'étirer et de se détendre. La durée de cette période varie d'un patient à l'autre. Une fois cette période terminée, une deuxième intervention ambulatoire sera nécessaire pour retirer l'expanseur tissulaire et mettre en place la prothèse mammaire permanente. Les complications, bien que rares, peuvent inclure une perte de peau, l'exposition de l'expanseur, un saignement excessif, une infection, un mauvais positionnement de l'implant entraînant une asymétrie, un plissement ou une ondulation de l'implant, une éventuelle accumulation de liquide sous l'implant, une douleur au point d'injection, des spasmes musculaires lors de l'expansion et/ou une cicatrisation défavorable.

Lymphoedème 101

Sur Breast Cancer Conversations, le podcast

Une matrice dermique acellulaire biodégradable (ADM) sera placée au bas du sein ou dans le pli inframammaire et attachée au muscle. L'implant mammaire sera placé sous la matrice dermique acellulaire et votre propre muscle. Cela permet à l'implant mammaire de s'installer dans une position normale et à l'ADM de s'étirer pour donner une forme agréable et arrondie à la partie inférieure du sein. Il n'est pas rare que des drains soient placés lors de cette intervention. Ils peuvent être retirés entre 48 heures et 2 semaines après l'intervention.

 

Cette procédure se déroule en une seule étape, ce qui permet d'obtenir la forme souhaitée sans autre intervention chirurgicale. Le muscle situé au-dessus de l'implant aide à prévenir l'apparition de rides au niveau du pôle supérieur. Les complications, bien que rares, peuvent inclure une perte de peau, un saignement excessif, une infection, un mauvais positionnement de l'implant mammaire entraînant une asymétrie, un plissement ou une ondulation de l'implant, une éventuelle accumulation de liquide sous l'implant et/ou un dégonflement de la prothèse.

Mise en place immédiate d'un extenseur de tissu mammaire

Le processus chirurgical pour les expansions de tissu mammaire au sérum physiologique et les expansions mammaires après mastectomie est le même. Les expanseurs à base de sérum physiologique sont utilisés depuis des décennies, mais un nouveau type d'expanseur à base d'air, qui permet un meilleur contrôle par la patiente, a récemment été introduit. Les expanseurs présentent les mêmes taux de complications et les mêmes risques que les autres types de reconstruction mammaire, notamment l'infection, le sérome, l'hématome, l'extrusion et/ou le dégonflement de l'expanseur.

 

L'extenseur est placé dans un espace sous-musculaire ou sous-cutané sans possibilité de remplissage externe. L'expanseur se remplit d'air comprimé contenu dans l'expanseur lui-même. Le patient remplira lui-même l'expanseur à l'aide d'un dispositif d'activation automatique externe à domicile et obtiendra des résultats similaires à ceux des dispositifs d'expansion tissulaire standard remplis de sérum physiologique. Il sera nécessaire de surveiller les incisions et les progrès par soi-même et de contacter le médecin si l'on pense que quelque chose ne va pas. L'avantage de l'expanseur est qu'il peut réduire les visites chez le médecin et la durée totale de l'expansion.

Reconstruction mammaire immédiate utilisant le muscle latissimus dorsi.

Cette procédure est réalisée en tant qu'opération secondaire immédiatement pendant la mastectomie ou en différé après la radiothérapie.

 

Le muscle latissimus est un très grand muscle vasculaire du dos qui s'attache à la base du bras, s'étend sur la poitrine depuis le bras au-delà de l'omoplate et s'attache près de la colonne vertébrale. Le muscle latissimus s'étend jusqu'à l'os de la pointe et se prolonge dans l'aisselle ou la région de l'aisselle et est alimenté principalement par l'artère de l'aisselle.

 

Le lambeau de latissimus est fréquemment utilisé lorsque la quantité de tissus mous est limitée à la suite d'une intervention chirurgicale, lorsque le muscle pectoral est absent, partiellement enlevé ou endommagé à la suite d'une irradiation. Il s'agit de miner la peau du dos et de libérer une partie de la peau en lui permettant de rester attachée au muscle. Le muscle principal et l'artère sont appelés lambeau pédiculé. Ce lambeau est libéré du dos, passé dans un tunnel pratiqué sous l'aisselle et dans la partie antérieure du thorax pour combler le site du défaut de mastectomie. Le muscle est placé et suturé à la paroi thoracique. Un implant est ensuite placé derrière ce lambeau et devant la poitrine. Il est également possible d'utiliser un expanseur tissulaire et d'augmenter progressivement la taille des seins.

 

L'avantage de cet expanseur est qu'il peut remplacer complètement la quantité de tissu mammaire qui a été enlevée et protéger le lambeau de latissimus. Un implant complètement gonflé ou un expanseur/implant ajustable postopératoire peut être immédiatement mis en place. Il n'est pas rare qu'une deuxième intervention de révision soit nécessaire pour obtenir une symétrie plus précise des deux seins. Le lambeau de latissimus est recommandé pour les patientes qui ont déjà subi une mastectomie et une radiothérapie. L'utilisation de la radiothérapie limite souvent la quantité de chirurgie implantaire qui peut être réalisée. L'avantage secondaire de ce lambeau est qu'il apporte un nouveau flux sanguin et une peau saine dans le champ irradié. Il est également recommandé pour les patientes qui sont très minces et dont les options de reconstruction par lambeau sont limitées.

Les complications, bien que rares, peuvent inclure une limitation du flux sanguin de l'artère compromettant le lambeau, une perte de peau, l'exposition de l'extenseur, un saignement excessif, une infection, un mauvais positionnement de l'implant entraînant une asymétrie, un plissement ou une ondulation de l'implant, une éventuelle accumulation de liquide sous l'implant, une douleur au point d'injection, des spasmes musculaires lors de l'expansion et/ou une cicatrisation défavorable.

Reconstruction mammaire par lambeaux abdominaux

Il arrive qu'une mastectomie ou une radiothérapie ne laisse pas suffisamment de tissu sur la paroi thoracique pour recouvrir et soutenir un implant mammaire. Dans ces cas, la reconstruction mammaire fait généralement appel à la technique du lambeau (également connue sous le nom de reconstruction autologue). Il s'agit de la méthode de reconstruction tissulaire la plus courante, qui utilise la peau et la graisse du bas-ventre pour créer une forme de sein. Une femme peut également choisir de ne pas avoir d'implant pour des raisons personnelles.

La peau et la graisse utilisées pour cette intervention sont les tissus situés entre le nombril et le pubis, que vous pouvez pincer. Une fois que ce tissu est prélevé pour créer un sein, vous aurez généralement une cicatrice d'un os de la hanche à l'autre et autour de votre nombril.

Cependant, certaines femmes ne peuvent pas être candidates à des lambeaux abdominaux pour diverses raisons :

- Manque de tissu donneur dans la partie inférieure de l'abdomen

- Cicatrices antérieures ayant pu endommager des vaisseaux sanguins importants

- Les lambeaux précédents ont échoué et une alternative est recherchée

Options de volets spécifiques

Plusieurs lambeaux différents utilisent le tissu de la partie inférieure de l'abdomen. La différence entre chacun d'entre eux est liée aux vaisseaux sanguins qui les alimentent. Ces lambeaux comprennent le lambeau TRAM (myocutané droit transversal) pédiculé, le lambeau TRAM libre, le lambeau DIEP (perforateur de l'artère épigastrique inférieure profonde) et le lambeau SIEA (artère épigastrique superficielle).

Lambeau de TRAM pédiculé

Un lambeau de TRAM utilise le muscle, la graisse et la peau de votre abdomen inférieur pour reconstruire un sein. Pour survivre sur votre poitrine à son nouvel emplacement, ce tissu a besoin d'un apport sanguin. L'apport sanguin à ce tissu provient du muscle droit sous-jacent. Le lambeau reste attaché au muscle grand droit de l'abdomen et est tunnellisé à travers l'abdomen et la poitrine pour créer le monticule mammaire. Étant donné que l'ensemble du muscle est sacrifié, il se peut que vous ressentiez une certaine faiblesse abdominale ou que vous ayez des difficultés à faire des redressements assis.

Rabat TRAM gratuit

Comme le lambeau TRAM, le lambeau TRAM libre est également basé sur les vaisseaux sanguins qui traversent le muscle grand droit de l'abdomen. Toutefois, dans ce lambeau, le muscle situé au-dessus et au-dessous des vaisseaux sanguins est divisé, de sorte que seule une partie du muscle est prélevée. L'ensemble du lambeau est ensuite transplanté dans la poitrine. Les vaisseaux sanguins du muscle sont reliés aux vaisseaux sanguins du thorax à l'aide d'un microscope.

Rabat DIEP

Le lambeau DIEP utilise la même peau et la même graisse du bas-ventre que le lambeau TRAM et le lambeau TRAM libre, mais il épargne le muscle grand droit de l'abdomen et le fascia. Au lieu de prélever le muscle entier ou une petite partie du muscle, on identifie les petits vaisseaux sanguins - une artère et une veine - qui traversent le muscle pour rejoindre la peau et la graisse ; ces vaisseaux sont ensuite disséqués à travers le muscle avant d'être divisés. Une fois divisés, les tissus sont à nouveau transplantés dans le thorax et les vaisseaux sont reliés aux vaisseaux sanguins du thorax. Le muscle étant préservé, le risque de faiblesse abdominale ou de hernie est moindre et les douleurs postopératoires sont moins importantes.

Rabat SIEA

Le lambeau SIEA utilise également la peau et les tissus du bas-ventre, mais les vaisseaux sanguins qui alimentent ce lambeau ne traversent pas le muscle abdominal. Ils ne traversent que la graisse. Ce lambeau présente l'avantage de préserver les muscles abdominaux, ce qui réduit les douleurs postopératoires et accélère le rétablissement. Toutefois, ces vaisseaux sanguins ne sont pas présents chez toutes les femmes et, même lorsqu'ils sont présents, ils peuvent être trop petits pour fournir un apport sanguin fiable à un lambeau. Pour ces raisons, le lambeau SIEA n'est pas pratiqué aussi fréquemment que les lambeaux DIEP ou TRAM libre.

Remarques particulières concernant la récupération

Étant donné que les lambeaux libres TRAM, DIEP et SIEA impliquent un transfert microchirurgical de tissus, le flux sanguin vers le lambeau est étroitement surveillé en milieu hospitalier après l'opération. En cas d'inquiétude concernant le lambeau, une réopération peut être nécessaire pour évaluer le flux sanguin.

Reconstruction mammaire par lambeaux de cuisse

Il arrive qu'une mastectomie ou une radiothérapie ne laisse pas suffisamment de tissu sur la paroi thoracique pour recouvrir et soutenir un implant mammaire. Dans ces cas, la reconstruction mammaire nécessite généralement une technique de lambeau (également connue sous le nom de reconstruction autologue).

Les lambeaux au niveau des cuisses peuvent être une bonne option pour les femmes ayant des seins de volume petit à moyen. Pour obtenir un volume plus important, ces lambeaux peuvent être combinés à un implant ou à un autre lambeau (appelé "lambeaux superposés", qui n'est pas très répandu). Toutes ces techniques requièrent de la part de votre chirurgien plasticien des compétences et une formation en microchirurgie.

Cependant, certaines femmes peuvent ne pas être candidates aux lambeaux de cuisse pour diverses raisons :

- Manque de tissu donneur dans la partie supérieure des cuisses

- Cicatrices antérieures ayant pu endommager des vaisseaux sanguins importants

- Les volets précédents n'ont pas fonctionné et ils recherchent une alternative.

Options de volets spécifiques

Les lambeaux à base de muscle gracile sont basés sur le muscle gracile, situé dans la partie supérieure interne de la cuisse. Le muscle gracilis aide à ramener la jambe vers le corps, et sa fonction sera perdue après ce type d'intervention. Au cours de ces interventions, un lambeau de peau, de graisse, de muscle et de vaisseaux sanguins de la partie supérieure de la cuisse est déplacé vers la poitrine pour reconstruire le sein. Les vaisseaux sanguins sont soigneusement rattachés à l'aide de la microchirurgie.

Différents noms sont utilisés pour décrire l'orientation de l'incision du site donneur sur la partie supérieure de la cuisse :

- Lambeau TUG : lambeau transverse supérieur de Gracilis

- VUG flap : lambeau vertical supérieur de Gracilis

- Lambeau DUG : lambeau diagonal supérieur de Gracilis

 

Le choix de l'incision dépend de la forme particulière de votre cuisse et de l'expérience de votre chirurgien. La plupart des chirurgiens essaient de dissimuler les cicatrices dans le pli de la partie supérieure de la cuisse, mais la cicatrice peut se retrouver un peu plus bas et être visible lorsque vous portez un maillot de bain. Ces lambeaux permettent de resserrer l'intérieur des cuisses, comme dans le cas d'un lifting de l'intérieur des cuisses.

Semblable aux lambeaux à base de gracilis, le lambeau PAP utilise la peau et la graisse de l'arrière de la cuisse pour reconstruire le sein par microchirurgie. PAP signifie Profunda Artery Perforator, un vaisseau sanguin qui alimente cette zone de la cuisse. Aucun muscle n'est utilisé, de sorte qu'un lambeau PAP est considéré comme épargnant les muscles. Les cicatrices du lambeau PAP sont généralement cachées dans le pli entre le bas de la fesse et le haut de la cuisse.

Remarques particulières concernant la récupération

Comme ces lambeaux impliquent un transfert microchirurgical de tissu, le flux sanguin vers le lambeau est étroitement surveillé en milieu hospitalier après l'opération. En cas d'inquiétude concernant le lambeau, une réintervention peut s'avérer nécessaire pour évaluer le flux sanguin.

En raison de l'emplacement de l'incision, les lambeaux de cuisse ont tendance à présenter davantage de problèmes de cicatrisation au niveau du site donneur que les lambeaux abdominaux. Un gonflement de la partie inférieure de la jambe peut survenir, mais il disparaît généralement avec le temps.

Lorsqu'un lambeau de cuisse est utilisé pour reconstruire un sein, il peut en résulter une asymétrie due à l'étroitesse et à la minceur d'une cuisse. Des interventions supplémentaires peuvent être recommandées pour améliorer la symétrie entre les cuisses.

bas de page