haut de la page
  • Image de l'écrivainSurvivre au cancer du sein

Cancer du sein à 33 ans : l'histoire d'une jeune maman qui se défend elle-même

Par Mandy Richardson



Vous êtes trop jeune. Vous n'avez pas d'antécédents familiaux de cancer chez les femmes de moins de 50 ans, mais seulement après la ménopause. Le cancer n'est généralement pas douloureux. Vous allaitezvous êtes en bonne santé. Toutes ces pensées et bien d'autres encore sont tellement rassurantes pour une maman de 33 ans, mère d'un enfant de 6 ans et d'un autre de 7 mois, qui était aux prises avec un "canal lactifère obstinément bouché". À tel point que Je me suis appuyée sur ces assurances malgré la grosseur qui grossissait et devenait de plus en plus douloureuse.


J'ai consulté mon gynécologue à la fin du mois de juin 2021 pour ce que nous avons déterminé comme étant un petit canal obstrué. Je l'avais remarqué environ trois semaines auparavant. J'avais déjà eu des canaux bouchés avec mon premier bébé. Cette fois-ci, j'avais l'impression que c'était un peu différent, ce qui m'a incitée à prendre rendez-vous. Mais après un examen manuel, l'infirmière praticienne est arrivée à la même conclusion que moi (qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter). Elle m'a donné quelques conseils pour masser et m'a dit de rappeler si j'avais de la fièvre. Je n'ai jamais eu de fièvre, alors j'ai laissé tomber. Mais elle a continué à grossir. Je n'avais pas de problèmes d'approvisionnement, donc je n'étais pas sûre qu'il s'agissait d'une obstruction.


J'ai programmé mon examen annuel à l'avance et j'en ai fait ma priorité. Mon gynécologue obstétricien m'a prescrit une série d'antibiotiques parce que la grosseur était désormais bien visible sur la face inférieure de mon sein et qu'elle avait l'air très "en colère". Il s'agissait d'un traitement antibiotique de dix jours, mais j'ai rappelé au bout de huit jours, car je ne voyais pas d'amélioration. Lorsque j'ai appelé, j'ai pu enfin programmer une échographie. L'infirmière praticienne était convaincue de pouvoir l'aspirer au cabinet. Sauf que ce n'était pas possible.


L'image de l'échographie montrait ce qui semblait être une masse non solide. Je sais maintenant qu'il s'agissait probablement de poches de lait maternel autour de la masse. À l'aide de l'échographie, l'infirmière praticienne a inséré une longue aiguille dans la masse pour tenter de la drainer. La première tentative n'a donné que du sang. Il en a été de même pour la deuxième. Plutôt que de me percer de trous, elle a jugé la procédure infructueuse et a décidé de m'envoyer passer d'autres examens d'imagerie.


On m'a fait passer une échographie officielle, qui a révélé que la grosseur était solide. Pourtant, personne n'a mentionné le mot "c". Les femmes qui allaitent ont tout le temps des masses bénignes, m'a-t-on dit. C'est ainsi que je me suis sentie à l'aise. J'étais toujours aussi sereine, même lorsque nous avons programmé la biopsie à l'aiguille.


Jusqu'à quatre jours plus tard.


Les résultats sont arrivés par le biais de l'application portail sur mon téléphone, avant que le médecin n'ait eu le temps de m'appeler. Je ne savais pas ce que signifiait le grade 3. Je ne comprenais pas les pourcentages indiqués. Mais je comprenais le mot "carcinome". Le chirurgien a fini par appeler. Je ne me souviens pas beaucoup de la conversation, si ce n'est que j'avais une tumeur importante et agressive et qu'un oncologue m'appellerait bientôt. J'ai attendu deux jours avant d'appeler le centre du sein, et on m'a dit que tout le monde était "très occupé" et que quelqu'un me rappellerait bientôt. Décidant que j'avais assez attendu, j'ai laissé un membre de ma famille tirer quelques ficelles et j'ai trouvé un nouveau médecin.


Le lendemain, j'ai rencontré mon nouveau chirurgien et mon oncologue médical. Ils m'ont expliqué que ma tumeur mesurait 5,7 cm et qu'elle était légèrement positive aux œstrogènes. Ils ont dit qu'elle se comportait de manière agressive et qu'elle correspondait davantage à un cancer du sein triple négatif (CSTN)et qu'ils voulaient la traiter comme tel. En raison de sa taille, il était prévu de commencer par une chimiothérapie. L'objectif était de commencer dans deux semaines et demie, juste avant Thanksgiving. Je ne savais pas alors que dans certains cas, les gens attendaient plusieurs semaines avant de commencer le traitement. J'ai demandé si je pouvais attendre aussi longtemps. Mon oncologue m'a répondu que deux à trois semaines seraient acceptables, mais que deux à trois mois ne l'auraient pas été.


J'ai dû programmer mon PET scan, une mammographie (personne ne pouvait croire que cela n'avait pas déjà été fait), une autre échographie, un électrocardiogramme et la mise en place de mon port de chimiothérapie. Tout était encore bloqué à cause des fermetures dues à la pandémie et la plupart des établissements avaient déjà programmé jusqu'à la mi-décembre.


J'ai appelé et rappelé.


J'ai supplié et pleuré.


Mon mari m'a conduite dans des cliniques pendant près de deux heures dans un sens, puis une heure dans l'autre, juste pour que tous les tests soient effectués. L'échographie a suggéré une activité possible des ganglions lymphatiques et la TEP a détecté une masse dans la région de mon ovaire droit. Mon oncologue a demandé des analyses de sang. Le test sanguin CA 27.29, qui peut potentiellement détecter un cancer du sein, est revenu élevé, comme prévu. Mais elle en a effectué un autre, qui pourrait suggérer un cancer de l'ovaire (CA 125), et celui-ci est également revenu élevé.


Ma fille avait alors onze mois et, malgré toutes les tentatives, refusait toujours de prendre un biberon. Mes médecins m'ont dit que je pouvais continuer à l'allaiter, mais que je devais me préparer à la sevrer. Il m'arrivait de laisser échapper du lait maternel par le trou de la biopsie. Allaiter de mon sein gauche était douloureux, mais on m'a assuré à plusieurs reprises que cela ne ferait pas de mal à ma fille. Nous avons fini par la sevrer le jour de mon examen TEP, car mon lait n'aurait pas été sûr après cet examen.


Le lendemain, j'avais rendez-vous avec un gynécologue oncologue et j'ai pris rendez-vous avec un médecin.

Le lendemain, j'ai été opérée de l'ovaire droit et des trompes de Fallope. Comme mon

Le cancer du sein était si agressif que nous ne pouvions pas nous permettre de le retarder afin de tester ce qui pouvait l'être.

Il est possible que ce soit sur mon ovaire. J'ai subi une ablation de l'ovaire droit et des trompes de Fallope la semaine précédant Thanksgiving. D'une manière ou d'une autre, tout est revenu bénin. Mon chirurgien n'a pas trouvé de masse. Personne n'avait d'explication, bien que mes analyses de sang aient montré des chiffres normaux depuis lors.


J'ai commencé chimiothérapie à l'Adriamycine/Cytoxan (AC) la veille de Thanksgiving, et nos merveilleux voisins nous ont apporté le dîner pour que nous n'ayons pas à cuisiner. Mes cheveux ont commencé à tomber 13 jours plus tard, la veille de la deuxième série. J'ai fait quatre séries de chimiothérapie AC, suivies de 12 cycles de Taxol.


Après la chimiothérapie, j'ai eu quelques semaines pour me rétablir et nous avons effectué de nouveaux examens d'imagerie en vue de la chirurgie. Les examens suivants ont été effectués fin avril : une nouvelle mammographie, une échographie et un PET scan. Ma tumeur avait diminué de 0,8 cm ! Mon chirurgien a donc pu me proposer une tumorectomie, suivie d'une radiothérapie. Lors de la tumorectomie, le chirurgien a retiré trois ganglions lymphatiques suspects sous mon bras, et il n'y avait aucun signe de propagation du cancer au-delà de mon sein !


La pathologie de la maladie restante s'est révélée triple négative.

en prenant Xeloda, une chimiothérapie orale parfois recommandée pour les patients atteints de cancer du sein.. La route a été longue, mais je suis ravie de ne pas avoir attendu plus longtemps pour faire vérifier mes symptômes par mon médecin. Il me reste encore un cycle de Xeloda et j'espère que ce sera terminé !


Lorsque j'ai rencontré mon nouveau chirurgien, le Dr Melissa Camp, à l'hôpital Johns Hopkins le 5 novembre 2021, elle m'a dit de leur donner un an. Elle m'a dit que je considérerais toute cette expérience comme un simple ralentisseur que je devais surmonter. Cela fait maintenant un peu plus d'un an que nous suivons le régime Xeloda. L'expérience a été à la hauteur de ce que son équipe, ainsi que mon équipe médicale d'oncologie, m'avaient annoncé.


J'ai réussi à rester active et je veux passer tout le temps possible avec mon mari et mes filles. Nous avons voyagé un peu et espérons continuer à le faire. J'espère terminer la randonnée de la section de Pennsylvanie du sentier des Appalaches. Mais ce que je veux vraiment, c'est faire avancer les choses. Je veux que les jeunes femmes sachent que nous ne sommes pas à l'abri de cette terrible maladie, malgré les statistiques. Je veux apporter mon soutien aux femmes que je connais, ainsi qu'aux inconnues, qui traversent cette épreuve, comme d'autres l'ont fait pour moi. Mais je tiens vraiment à ce que les gens sachent que notre meilleur - et parfois notre seul - défenseur, c'est nous-mêmes. Et que nous ne devrions jamais cesser de nous battre pour nous-mêmes.


En savoir plus :




Merci d'avoir partagé votre histoire, Mandy. La SBC vous aime !


Survivre au cancer du sein.org Ressources et soutien :



Messages récents

Tout voir

Commentaires


Les lundis de la méditation :

Chant des chakras avec Gloria

Le lundi à 10h00 (heure française) 

RSVP

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien à toutes les étapes

Le jeudi à 19h00 (heure française)

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein métastatique

Premier et troisième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein inflammatoire

Deuxième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

Mardi soir, les passionnés

Après un diagnostic :

Grupo de Apoyo en Español

2do y Cuarto Martes de cada mes 

19:00 p.m. ET

RSVP

Encourager et responsabiliser

Pour les nouveaux diagnostiqués

10 septembre, 11h00 ET

RSVP

Club de lecture sur le cancer du sein

Le premier dimanche du mois

RSVP

Repérage des cerveaux

27 mai, 18h00 ET

RSVP

Qi Gong

28 mai, 11h30 ET

RSVP

Art-thérapie

3 juin, 18h00 ET

RSVP

Baignade en forêt

4 juin, 18h00 ET

RSVP

Réfléchir et se ressourcer

Écriture expressive

10 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga Fitness avec assistance sur chaise

11 juin, 11h30 ET

RSVP

Yoga Stretching pour le lambeau DIEP

11 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga réparateur :

Découvrir les opportunités

17 juin, 17h30 ET

RSVP

Plus d'événements en espagnol

RSVP

Événements à venir

1

Survivre au cancer du sein offre du soutien, des événements et des webinaires sur le cancer du sein sans frais pour vous ! Que vous souhaitiez approfondir vos connaissances sur un sujet particulier ou rencontrer d'autres survivantes du cancer du sein, nous avons quelque chose pour tout le monde. 

2

Notre rendez-vous permanent du jeudi s'adresse à tous les stades de la maladie. Nous organisons également des groupes de discussion spécifiques une fois par mois pour des stades et sous-types spécifiques tels que le cancer du sein métastatique, le cancer du sein inflammatoire, etc. 

3

Le club de lecture se réunit le premier dimanche de chaque mois à 11 heures (heure d'Europe centrale). Vous pouvez participer chaque mois ou choisir votre mois en fonction de votre disponibilité et du livre que nous lisons. 

4

Grâce à l'art, à l'écriture et à d'autres modalités créatives, nous avons le pouvoir de gérer notre stress, de donner un sens à notre présent et de nous détendre dans des moments de calme. 

5

Cours gratuits, mensuels, en ligne de yoga restaurateur, de yoga pour le cancer du sein et de Zumba. 

bas de page