haut de la page
  • Image de l'écrivainSurvivre au cancer du sein

Mon histoire avec Previvor

Par Conny Reichardt



J'ai voulu partager mon histoire de pré-vivant. Un prévivant est une personne qui a pris des mesures préventives pour réduire ses risques de contracter un cancer auquel elle est prédisposée. J'ai eu la chance de savoir que j'étais porteuse d'une mutation génétique du gène mutation génétique BRCA1 ce qui me permet de faire des choix qui seront bénéfiques non seulement pour moi, mais aussi pour ma famille et les générations à venir.


Je n'ai pas d'antécédents familiaux de cancer du sein ; la seule personne atteinte est ma grand-mère paternelle, et je ne me suis donc pas autant inquiétée que si cela avait été le cas du côté maternel. J'ai donc fait ce qu'il fallait et je me suis rendue chaque année chez le médecin pour ma visite annuelle. À 39 ans, j'ai effectué ma première mammographie de référence. À partir de là, j'ai fait des mammographies tous les ans. J'ai été rappelée une fois et j'ai dû subir une échographie. Je n'avais que des tissus denses, rien d'inquiétant.


Je vais vous parler un peu plus en détail de mes antécédents en matière de santé, ce qui m'a amenée à prendre des mesures proactives dans ce domaine. Je me suis mariée à 26 ans et j'étais bien sûr prête à fonder une famille dès que mon mari le serait. Malheureusement, cela n'a pas été si facile. Après de nombreux tests et après avoir été orientée par mon excellent gynécologue obstétricien vers un extraordinaire spécialiste de la fertilité, on m'a diagnostiqué une polykystose, on m'a diagnostiqué un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Après avoir essayé de nombreuses options pour tomber enceinte, nous savions que la meilleure option pour moi était la fécondation in vitro (FIV) avec injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). J'ai eu de la chance : je suis tombée enceinte de jumeaux dès ma première tentative !


Trois ans plus tard, j'ai réussi à tomber enceinte sans traitement de fertilité, mais j'ai perdu mon bébé à la douzième semaine. Après cela, j'ai dû subir une ablation de cellules précancéreuses du col de l'utérus, j'ai dû subir une ablation de cellules précancéreuses du col de l'utérus découvertes lors d'un frottis de routine. On nous a dit que pour avoir une autre grossesse viable, je devrais recommencer tout le processus de FIV. Nous avons décidé que la vie était belle pour une famille de quatre personnes, mais ce n'est pas ce qui était prévu pour nous ; nous devions être une famille de cinq personnes ! J'ai réussi à tomber enceinte à nouveau sans traitement de fertilité.


Après avoir injecté des hormones supplémentaires dans mon corps pendant le processus de FIV, je savais que j'aurais toujours un risque plus élevé de développer certains cancers. J'étais loin de me douter que ce n'était pas ce qui m'exposait à un risque plus élevé de cancer du sein et de cancer de l'ovaire. risque de cancer du sein et de cancer de l'ovaire.


Il y a quelques années, à l'occasion de Noël, nous avons reçu un test ADN d'ascendance qui comprenait une option santé vous donnant un aperçu de vos données génétiques. J'ai reçu mes résultats et j'ai appris beaucoup de choses intéressantes sur mon ascendance que je ne connaissais pas auparavant. Je ne suis pas amérindienne, je suis juive ashkénaze à 25 %, j'ai une aversion pour la coriandre (OUI, je la déteste !) et mon mari et mes enfants sont plus polonais que moi ! J'ai également appris que j'étais porteuse de la mutation du gène BRCA1. J'en avais entendu parler, je savais que cela m'exposait à un risque plus élevé de cancer du sein, mais je n'avais aucune idée de l'impact que cela aurait sur ma vie !


J'avais déjà un rendez-vous avec mon gynécologue, j'ai donc décidé d'apporter les résultats de mes tests et de les lui communiquer. Eh bien, il a eu une réaction différente de celle à laquelle je m'attendais. La première chose qui est sortie de sa bouche a été, "Prenons rendez-vous pour une hystérectomie avec ovariectomie." Il s'agit de l'ablation des trompes et des ovaires ou, comme nous aimons le dire en termes simples, d'une hystérectomie totale. J'avais 50 ans et je n'allais plus avoir d'enfants, alors j'ai accepté. Parce que la mutation BRCA1 vous expose à un risque élevé de cancer de l'ovaire (qui est très difficile à surveiller), et après avoir connu des personnes qui ont eu des cancers des organes reproducteurs, j'étais d'accord pour aller de l'avant avec la procédure. Mon gynécologue obstétricien m'a également demandé de consulter immédiatement un spécialiste du sein.


Le centre du sein où je me suis rendue voulait confirmer avec un conseiller génétique que j'étais bien porteuse de la mutation du gène BRCA1. que j'étais bien porteuse de la mutation du gène BRCA1car les kits de tests génétiques à domicile ne sont pas toujours exacts. Et ce fut mon jour de chance, car les tests demandés par mon conseiller génétique se sont révélés positifs. La conseillère a passé en revue tous mes risques et m'a donné beaucoup d'informations. J'ai ensuite rencontré le spécialiste du sein, qui était un qui a préconisé une double mastectomie dans mon cas. Je venais de programmer mon hystérectomie ; pouvons-nous nous occuper d'une chose à la fois ? Mon médecin a été très honnête et m'a aidée. Ensemble, nous avons décidé d'alterner les IRM mammaires et les mammographies 3D tous les six mois. Heureusement, tous les examens qui ont suivi se sont révélés positifs, ce qui a été un soulagement, sachant que je suis considérée comme une femme à haut risque.


J'ai reçu mes premiers résultats BRCA en février 2023, je suis allée voir mon gynécologue obstétricien en mars, j'ai programmé mon hystérectomie pour juin et j'ai été fixée sur un plan de surveillance du cancer du sein. Après ma deuxième IRM, c'était le moment de ma visite annuelle chez la spécialiste du sein. Après l'avoir rencontrée et en avoir parlé avec mon mari, nous avons décidé qu'une double mastectomie avec reconstruction par lambeau DIEP était le meilleur choix pour moi et notre famille. À la fin du mois d'août, après avoir envoyé deux enfants à l'université en dehors de l'État et le plus jeune à l'école secondaire, j'ai dû subir une nouvelle intervention chirurgicale.


À l'heure où j'écris ces lignes, je me remets encore de ma double mastectomie avec reconstruction par lambeau DIEP. reconstruction par lambeau DIEP. Je ne sais pas où j'ai hérité de la mutation génétique, bien qu'il y ait un pourcentage beaucoup plus élevé de personnes atteintes dans l'héritage ashkénaze que dans d'autres, cela n'a pas vraiment d'importance. Je sais que je l'ai et je dois prendre les devants pour prévenir les cancers. Il existe d'autres cancers pour lesquels la mutation du gène BRCA1 peut entraîner un risque plus élevé, mais j'ai maintenant un risque beaucoup plus faible pour les deux cancers les plus prononcés (cancer du sein et cancer de l'ovaire). Je continuerai à consulter mon gynécologue obstétricien et mon spécialiste du sein une fois par an pour des examens de contrôle.


Si mon histoire ne vous apporte rien d'autre que de vous assurer que vous passez des examens annuels, alors j'ai fait ce que j'avais prévu de faire. Je pourrais regarder tout cela et me dire "j'ai eu une mauvaise main", mais je préfère me dire que c'est le chemin qui m'a été donné. Nous n'aimons pas toujours le chemin choisi pour nous, mais nous espérons en tirer des leçons et les enseigner aux autres.




En savoir plus :








Sur le podcast, Conversations sur le cancer du sein :


Mastectomie prophylactique et mutation BRCA



 


Partagez votre histoire :


Survivre au cancer du sein.org Ressources et soutien :

Messages récents

Tout voir

Commentaires


Les lundis de la méditation :

Chant des chakras avec Gloria

Le lundi à 10h00 (heure française) 

RSVP

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien à toutes les étapes

Le jeudi à 19h00 (heure française)

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein métastatique

Premier et troisième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

 

Le jeudi soir, les "thuriféraires" :

Groupe de soutien pour le cancer du sein inflammatoire

Deuxième jeudi

du mois à 19h00 ET

RSVP

Mardi soir, les passionnés

Après un diagnostic :

Grupo de Apoyo en Español

2do y Cuarto Martes de cada mes 

19:00 p.m. ET

RSVP

Encourager et responsabiliser

Pour les nouveaux diagnostiqués

10 septembre, 11h00 ET

RSVP

Club de lecture sur le cancer du sein

Le premier dimanche du mois

RSVP

Repérage des cerveaux

27 mai, 18h00 ET

RSVP

Qi Gong

28 mai, 11h30 ET

RSVP

Art-thérapie

3 juin, 18h00 ET

RSVP

Baignade en forêt

4 juin, 18h00 ET

RSVP

Réfléchir et se ressourcer

Écriture expressive

10 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga Fitness avec assistance sur chaise

11 juin, 11h30 ET

RSVP

Yoga Stretching pour le lambeau DIEP

11 juin, 18h00 ET

RSVP

Yoga réparateur :

Découvrir les opportunités

17 juin, 17h30 ET

RSVP

Plus d'événements en espagnol

RSVP

Événements à venir

1

Survivre au cancer du sein offre du soutien, des événements et des webinaires sur le cancer du sein sans frais pour vous ! Que vous souhaitiez approfondir vos connaissances sur un sujet particulier ou rencontrer d'autres survivantes du cancer du sein, nous avons quelque chose pour tout le monde. 

2

Notre rendez-vous permanent du jeudi s'adresse à tous les stades de la maladie. Nous organisons également des groupes de discussion spécifiques une fois par mois pour des stades et sous-types spécifiques tels que le cancer du sein métastatique, le cancer du sein inflammatoire, etc. 

3

Le club de lecture se réunit le premier dimanche de chaque mois à 11 heures (heure d'Europe centrale). Vous pouvez participer chaque mois ou choisir votre mois en fonction de votre disponibilité et du livre que nous lisons. 

4

Grâce à l'art, à l'écriture et à d'autres modalités créatives, nous avons le pouvoir de gérer notre stress, de donner un sens à notre présent et de nous détendre dans des moments de calme. 

5

Cours gratuits, mensuels, en ligne de yoga restaurateur, de yoga pour le cancer du sein et de Zumba. 

bas de page